Affichage de 383 résultats

Notice d'autorité

Groupes d'orientation personnelle

  • 559689
  • Collectivité
  • [1976-*]

Les groupes ORPER ont été fondés à l'initiative de l'Alliance des sociétés féminines suisses. Ils ont pour objectifs de «1) permettre à des femmes de rencontrer d'autres femmes à propos de leur vie quotidienne; 2) faire s'exprimer, se découvrir, se dire des femmes hors de la présence des hommes; 3) permettre à des femmes de prendre conscience d'elles-mêmes et de se situer dans leur contexte familial et social; 4) élaborer les envies et les désirs réels à propos de la vie professionnelle et sociale et réfléchir aux obstacles qui empêchent leur réalisation; 5) favoriser le démarrage d'une activité.»

Barone, Charly

  • 576892
  • Personne
  • 1931-2011

Typographe, membre de la Fédération suisse des typographes (FST), il anime, avec Christian Tirefort, Bernard Hess et d'autres le Comité de base de l'imprimerie qui tente de dépasser la structure corporatiste du syndicat et d'organiser les travailleurs par entreprise en vue, notamment d'apporter une réponse plus efficace au mouvement de modernisation technique de la branche.

Il signe avec les deux précédente et Hans Bräm une «Contre-analyse sur les nouveautés techniques: leur rôle dans la situation actuelle du capitalisme» qui paraît dans les colonnes du Gutenberg: organe de la Fédération suisse des typographes, le 18 décembre 1969.

Charly Barone est membre du Parti du Travail (PdT, Genève) de 1953 à 1970. Le 9 mars 1970, il est suspendu de son activité militante au PdT (Série 1, chemise 1/2), à la suite, sans doute, de la publication du Manifeste de l'opposition de gauche - PdT Genève (février 1970), dont il n'est cependant pas signataire.

Il est l'un des signataires d'une lettre «Aux camarades délégués de la Section Genève du Parti suisse du travail» (13 juin 1970, Série 1, chemise 1/2). L'Opposition de gauche du PdT se scinde en plusieurs tendance (Tendance A, Tendance Z, et Tendance Rouge). Au printemps 1970, il participe, avec les membres de la Tendance Z, à la fondation du Centre de liaison politique (CLP) dont il devient un militant actif.

Il démissionne du CLP en 1976 et participe alors à la fondation du Collectif politique (CP).

Dans les années 1990, il est très actif dans le secteur de la solidarité internationale. Son action se tourne en particulier vers l'Amérique latine. Il est observateur international dans le cadre d'élections au Salvador ainsi que pendant les négociations de juillet 2000 entre les Forces armées révolutionnaires colombiennes (FARC) et le gouvernement colombien. Il est membre de plusieurs groupes tels que Solidarité El Salvador - Nicaragua ou encore le Collectif Simon Bolivar. Sur le plan syndical, il reste actif à la Communauté genevoise d'action syndicale et dans le Comité du Premier Mai (Genève).

Coopérative des Jardins de Cocagne

  • 192284
  • Collectivité
  • 1978-*

En 1978, après un séjour en Bretagne dans les milieux proches des Paysans travailleurs du syndicaliste agricole Bernard Lambert (Paysans dans la lutte des classes, 1970), Reto Cadotsch propose à plusieurs maison collectives genevoises (dites communes) d'organiser la production de leur alimentation. Durant la saison 1978, des légumes sont produits sur un terrain à Cartigny (Genève) et dans les jardins des maisons collectives en ville de Genève (avenue Soret et rue Falletti) sur un total de 2'500 mètres carrés environ. La structure fournit des légumes à cinquante personnes environ.

Le 29 novembre 1978, une coopérative est formellement constituée dans le but d'organiser la production et la distribution des légumes produits. Fin 1979, un terrain de 5000 mètres carrés est trouvé à Corsinge. La coopérative emploie trois jardiniers (Reto Cadotsch, René Biget et François Jourdan) à 60% pendant la saison. Les trois employés sont au chômage pendant l'hiver. La coopérative est divisée en trois unités que chaque jardinier gère de façon indépendante. Les coopérateurs sont aux nombre de 150, ils s'engagent à fournir trois demi-journées de travail par an.

Après dix ans de fonctionnement, la coopérative s'installe sur un terrain à Sézegnin où elle cultive encore actuellement. Des investissements matériels importants sont consentis (tracteur, charrue, fraise, tunnels maraîchers, hangar). La situation salariale des jardiniers est améliorée.

En 1996, la coopérative fonde une branche appelée Cocagne Nord-Sud dont la mission est de soutenir (financièrement, techniquement) des projets d'agriculture paysanne en Afrique et en Amérique latine. Une part du chiffre d'affaire de la coopérative est consacrée à ce soutien.

En 2002, la coopérative compte 400 membres. Elle dispose de terrains à Cartigny, Plan-les-Ouates et Sézegnin.

Résultats 381 à 383 sur 383