Affichage de 6 résultats

Notice d'autorité
Migration

Jean-Pierre Thévenaz

  • 447710
  • Personne

[vice-président puis président de la Communauté de travail "Être Solidaires"]

Comité genevois pour une nouvelle politique à l'égard des étrangers

  • 501127
  • Collectivité
  • 1974-1981

Il s'agit de la section locale du Comité suisse qui, bien qu'il avait démarré la récolte de signatures pour l'initiative populaire fédérale « Être solidaires en faveur d'une nouvelle politique à l'égard des étrangers » en fin octobre 1974, est formalisé en tant qu'association (Communauté de travail "Être solidaires" en faveur d'une nouvelle politique à l'égard des étrangers) seulement le 20 octobre 1977. À la suite de différents rencontres sollicités par le membres genevois faisant partie du Comité suisse, une assemblée générale de constitution du comité local se tient le 26 septembre 1974 au Centre social protestant (CSP) à la présence de différentes organisations (« Caritas, Déclaration de Berne, Service civil international, Parti du travail, Parti socialiste, Alliance des indépendants, Syndicats chrétiens, Centre de contacts [Suisses-Immigrés], Femmes protestantes, Groupe Vernier-tier-monde [sic], Ministère protestant dans l'industrie, Comité pour l'Abolition du statut du saisonnier, Commission sociale romande, Centre social protestant, Parti démocrate chrétien, Union chrétienne des jeunes gens, Église protestante », CITARE FONTE).
Le comité genevois est re-crée en octobre 1978 au sein du CCSI pour mieux soutenir l'initiative, CAPIRE MEGLIO IL PERCHÉ. Ensuite, le 29 janvier 1981, le comité suspend « provisoirement ses propres activités, pour s'intégrer dans le Comité Être Solidaire » (cfr. Séance constitutive du Comité genevois de soutien à Être solidaires (29 janvier 1981), 9.02.1981), qui vient d'être créé pour mieux se concentrer sur l'aboutissement de la campagne quelque mois avant la votation fixé au 4-5 avril 1981. La convocation de cette séance prévoyait déjà, pour ce comité, une « existence de courte durée, soit du 29 janvier au 15 avril 1981 ».
Suite à l'échec du vote populaire, les personnes les plus actives prendront le relais en tant que secrétariat genevois de la « Communauté de travail en faveur d'une nouvelle politique à l'égard des étrangers », en utilisant le nom formel de l'organisme qui avait lancé l'initiative au niveau fédérale et avait mené la campagne à l'aide de ses secrétariats locaux.

Communauté de travail "Être solidaires" en faveur d'une nouvelle politique à l'égard des étrangers

  • 501126
  • Collectivité
  • 1974-1985

En 1974 le Mouvement des ouvriers et employés catholiques - Suisse (Katholische Arbeitnehmer-Bewegung der Schweiz, KAB) rassemble une « trentaine d'organisations et de partis » (Commentaire officiel de l'initiative "Être solidaires", décembre 1974), à l’issue surtout du milieu syndical et associatif religieux, autour d'un débat qui débuche le 15 mai 1974 à Olten sur l'approbation du texte en vue du lancement d'une initiative populaire fédérale intitulé « être solidaires en faveur d'une nouvelle politique à l'égard des étrangers ».
Le 20 octobre 1977, en déposant 55'954 signatures à la Chancellerie fédérale, une association portant le même nom est fondée à Berne avec le but de « élaborer pour la Suisse une politique à l'égard des étrangers fondée sur les principes de l'égalité de traitement et des droits de l'homme » (Statuts, art. 2) par le biais de la dite initiative populaire fédérale, qui sera ensuite mise en votation le 4-5 avril 1981. À la suit de l'échec de la votation, sur le plan tant local que national, la décision est de continuer le travail de sensibilisation, création de discours et réflexion publique autour des problèmes de la population immigrée et, par conséquent, l'assemblée générale du 6 novembre 1982 décide la modification du statuts et du nom officiel de l'association, maintenant « Communauté de travail "Être solidaires" Suisses-Immigrés ».

Centre de contact Suisses Immigrés (CCSI)

  • 105203
  • Collectivité
  • 1974*

Le Centre de contact Suisses Immigrés est créé en mars 1974. Sa création fait suite à une enquête menée pour le compte du Centre social protestant (CSP) par le pasteur Berthier Perregaux auprès des associations d'immigrés comme l'Association des travailleurs espagnols émigrés en Suisse (ATEES), la Colonie libre italienne (CLI) et l'Association démocratique des travailleurs portugais (ADTP).

«Tout au long de son histoire, le CCSI a essayé d’articuler accueil individuel (besoins des migrants), réflexions collectives (groupes de travail sur des thématiques individuelles et politiques) et engagement public en faveur d’une politique solidaire, non-discriminatoire (tant sur les aspects problématiques individuels que sur la politique migratoire), en soulignant l’importance de l’aspect interactif (forces et associations d’immigré-e-s et forces solidaires suisses).» (site Internet du CCSI)

Dans la décennie 1974-1984, le CCSI est fortement engagé dans le combat politique: résistance face à la propagande en faveur des initiatives dites Schwarzenbach, promotion de l'initiative Être solidaire. En 1981, le rejet par le corps électoral de l'initiative Être solidaire marque une première rupture et détermine la constitution de l'AGRES, Association genevoise pour l'encadrement des enfants sans statut légal qui organise la scolarisation de certains enfants résidant illégalement en Suisse du fait des restrictions imposées par le statut de saisonnier.

Dans la décennie 1985-1995, le CCSI s'engage autour de revendications très spécifiques comme, précisément, la scolarisation des enfants sans statut, puis leur l'accès à la formation professionnelle. Le Centre gagne alors une reconnaissance institutionnelle, tout en restant attaché à son fonctionnement associatif.

Entre 1995 et 2000, c'est plus spécialement le soutien aux personnes sans-papier qui mobilise le centre ainsi que l'élaboration d'une loi cantonale sur l'intégration.