Série S01 - Association des employés de la télévision suisse

Zone d'identification

Cote

CH CH-002049-8 081_AO-S01

Titre

Association des employés de la télévision suisse

Date(s)

  • 1968-1996 (Création/Production)

Niveau de description

Série

Étendue matérielle et support

2 boîtes.

Zone du contexte

Nom du producteur

(1955-1971)

Histoire administrative

En 1955, le personnel de la Télévision refuse l'offre de la VPOD de les représenter. En mars 1957, l'Association des employés de la télévision suisse est fondée. Son responsable est J. Amman. Au même moment, est mis sur pied un Groupement des professionnels de la télévision. En 1961, est constituée la Section romande de l'AETS présidée par Georges Mani (4 ans), puis Jacques Stern (4 ans).
Dès 1962, parution du Bulletin interne de l'AETS romande (réd. resp. Georges Kleinmann, puis Raymond Zumstegg). Un secrétaire central est engagé, il s'agit de Jacques Vittori. Le 8 juin 1962, un premier contrat collectif de travail est obtenu. L'AETS refuse cependant le règlement du personnel proposé par la SSR. 31 mai 1968, signature de la deuxième convention collective entre la SSR d'une part et la FERS et l'AETS d'autre part.
En 1969, les preneurs de son et les monteurs se rendent à Berne pour obtenir des augmentations de salaires. L'action est un succès. Pierre Nicole devient le président de la section romande de l'AETS. 1970: nouveaux statuts qui incluent neuf groupes professionnels regroupant 52 métiers.
Trois juin 1971, dissolution de la section romande de l'AETS.
En 1972, l'AETS devient le Syndicat suisse de la télévision (SST), puis, en 1974, le Syndicat suisse des mass-médias (SSM).
Source: chronologie établie par Paul Rosay et reproduite dans 081_AO_S01, sans indication de la source originale.

Histoire archivistique

Source immédiate d'acquisition ou de transfert

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

En mai 1970, deux employés de la Télévision romande sont licenciés. Au même moment, un groupe intitulé, Action TV liberté d'expression, proteste dans un tract internes contre la suppression de plusieurs émissions en raison du contenu politique de celles-ci:

  • une émission «l'émancipation de la femme» (mars 1970) «parce que l'une de ces femmes expliquait qu'elle désirait avoir des enfants sans passer par les voies légales du mariage.»
  • une émission (13 octobre 1970) sur les conditions de détention des femmes est critiquée avant diffusion par le Conseil d'Etat.
  • deux émissions (13 octobre 1970) interdites en raison du film d'un objecteur de conscience et d'un film des Jeunesses progressistes contenus dans les émissions.
    Le groupe Action TV appelle à un rassemblement de protestation devant les locaux.

Ces événements conduisent à de fortes tensions au sein de l'AETS romande et finalement au vote de sa dissolution le 4 juin 1971. Un groupe de l'ATES propose d'étudier l'adhésion à la VPOD. Se constitue alors un Groupe action de la télévision romande, puis un Groupe des réalisateurs et assistants réalisateurs (GRAR).
En mai 1971, la direction mandate Jean-Claude Diserens pour rédiger un rapport sur les tensions au sein de la télévision. Ce rapport, intitulé Les temps difficiles, est diffusé à l'ensemble des collaborateurs sans l'aval de la direction. A la suite de cette diffusion, un collaborateur est licencié (juillet 1971).
Convoquée par le Groupe Action TV et le Groupe des réalisateurs et assistants réalisateurs, une assemblée du personnel décide, le 6 octobre 1971, une grève d'une journée pour le lendemain. Une revendication porte sur la grille des programmes 1972 qui «est refusée par l'assemblée permanente du personnel du 6 octobre» (Assemblée du personnel du 6 octobre 1971, 081_AO Série 1). En outre, l'assemblée du personnel relève des «cadences de travail excessives». «Nous voulons produire moins, pour produire mieux, sans chômage», écrit encore l'Assemblée. Suite à cette grève, six collaborateurs sont licenciés les 27 et 28 octobre 1971.

La série contient des documents de diverses natures sur ces événements: tracts, bulletins internes, procès-verbaux de séances, rapports techniques, notes manuscrites, coupures de presse. Il existe une Histoire des syndicats de la TSR de 1955 à 1983 parmi les derniers documents de la série.

La série contient également une collection de manchettes de journaux relatives à ces événements.

La série contient également, pour la période antérieure à la dissolution de l'ATES, des documents syndicaux sur les cahiers des charges, définitions de postes, etc.

Il existe un inventaire à la pièce élaboré par le donateur qui figurent dans les documents électroniques joints à cette description.

Évaluation, élimination et calendrier de conservation

Accroissements

Mode de classement

Classement chronologique effectué par le donateur.

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Conditions de reproduction

Langue des documents

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Instruments de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées

Descriptions associées

Zone des notes

Identifiant(s) alternatif(s)

Mots-clés

Mots-clés - Sujets

Mots-clés - Lieux

Mots-clés - Noms

Mots-clés - Genre

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Statut

Niveau de détail

Dates de production, de révision, de suppression

Langue(s)

Écriture(s)

Sources

Zone des entrées

Sujets associés

Personnes et organismes associés

Genres associés

Lieux associés