Affichage de 2089 résultats

Notice d'autorité

ENC 90

  • Collectivité
  • 1990

L'ENC 90 (European Nuclear Conference) réunit des centaines d'acteurs de la filière nucléaire à Lyon pour assister à des conférences et participer à des débats sur le renouveau de l'industrie en septembre 1990. Cet événement, organisé conjointement par l'European Nuclear Society (ENS) et l'European Atomic Forum (Foratom), doit initialement avoir lieu à Genève mais il est déplacé à Lyon lorsque les autorités genevoises annoncent qu'elles ne peuvent pas en assurer la sécurité. En effet, en 1986 l'ENC 86, organisé à Palexpo à Genève avait déjà fait l'objet d'un bloquage et d'une manifestation à l'initiative de Contratom. L'événement s'était tenu malgré tout mais des congressistes avaient dû renoncer à y participer, faute de pouvoir atteindre le bâtiment accueillant les conférences. En 1990 des groupes membres du CECSR, particulièrement les organisations de la région lyonnaise mènent la campagne "tournons la page" contre la conférence et pour la promotion d'alternatives au nucléaire. Une manifestation et un contre-salon ont lieu.

L'Avenir est notre affaire

  • s.d.

L'association l'Avenir est notre affaire est une association de femmes qui dépose en 1990 une pétition urgente au Parlement européen contre la centrale de Creys-Malville. En janvier 1990 le comité de l'association est composé de Catherine Aga Khan, Monique Bauer-Lagier, Marlène Belilos, Jacqueline Berenstein-Wavre, Françoise Chappaz, Laurence Deonna, Ella Maillart, Nanik de Rougemont, Theresa Sursock, Erika Sutter et Marguerite Wieser.

Donderer, Richard

  • Personne
  • s.d.

Richard Donderer est un physicien spécialisé dans les réacteurs et un opposant au nucléaire. Il a contribué au démantèlement du "surgénérateur" de Kalkar et a enquêté pour le parquet sur la centrale nucléaire d'Obrigheim. Il est également le co-auteur d'un rapport commandé par Greenpeace France sur la centrale de Creys-Malville.

Il commence ses études de physique en 1976 à Brême. En 2022 il est nommé président de la Commission de sécurité des réacteurs en Allemagne (RSK).

Cudet, Alain

  • 225489
  • Personne
  • s.d.

Premier président de Contratom (à partir de 1987)

Comité Européen Contre la Surgénération et le Retraitement (CECSR)

  • Collectivité
  • 1989 - 1998

Le Comité Européen Contre la Surgénération et le Retraitement est fondé officiellement le 16 décembre 1989 à Genève à l'initiative de Contratom - il a été brièvement nommé Comité Européen Contre Superphénix (CECS). Le comité rassemble dès ses début une cinquantaine d'organisations antinucléaires européennes, parmi lesquelles une quinzaine participe à la réunion qui entérine la fondation du CECSR : Contratom, l'APAG, Comité "l'avenir est notre affaire", Conférence Suisse pour l'arrêt des centrales nucléaires, Greenpeace Suisse, WWF Genève, Comité Malville Lyon, LCR-Chambéry, JCR-Chambéry, Amici della terra, Democrazia Proletaria, Lista Verde, Nuova Sinistra - Valle d'Aosta, Comité contre les mines d'uranium, Comité Stopp Kalkar, Wise - Amsterdam et Izquierda unida. Le CECSR décide lors de sa seconde réunion de se concentrer sur la mise à l'arrêt de la centrale de Creys-Malville et sur le traitement des déchets radioactifs. Le comité coordonne des événements ou manifestations ayant lieu de façon simultanée à différents endroits en Europe ou des appels à des événements plus larges, principalement en France et en Suisse. Les actions du CECSR visent autant la mobilisation pour des manifestations que du lobbying auprès des autorités responsables du dossier Creys-Malville ou du travail d'information auprès de la population. Malgré l'accent mis sur la centrale de Superphénix le comité collabore également régulièrement avec d'autres groupes anti-nucléaire à l'international, notamment avec les opposants au surgénérateur de Monju au Japon.

Benecke, Jochen

  • Personne
  • 1939 -

Jochen Benecke est un physicien mandaté par l'APAG (Appel de Genève) pour produire un rapport - publié en 1989 - quant à la sûreté de la centrale de Creys-Malville. Il avait précédemment élaboré une expertise ayant contribué à l'abandon de la mise en route du surgénérateur de Kalkar en Allemagne.

Lehmann, Pierre

  • Personne
  • 1933 - 2021

Pierre Lehmann obtient en 1956 un diplôme de l'École polytechnique fédérale de Lausanne, en section « physique ». Puis il travaille dans l'industrie, d'abord quatre ans chez Sulzer où il participe à l'élaboration de la filière nucléaire suisse, puis douze ans chez Schlumberger (prospection pétrolière). En 1971, avec deux autres ingénieurs, il fonde un bureau d'études sur les impacts environnementaux, la Société d'études de l'environnement (SEDE SA), à Vevey. Il y travaille jusqu'à sa retraite. En 1989 il est membre du bureau de l'APAG (Appel de Genève).

Borel, Lucien

  • Personne
  • 1922 - 2007

Lucien Borel a obtenu son diplôme d’ingénieur mécanicien de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en 1950. Puis il a exercé une activité dans l’industrie suisse jusqu’à sa nomination en tant que professeur de thermodynamique et de machines thermiques à l’EPFL en 1954. Il y a dirigé le Laboratoire de Thermodynamique et d’énergétique et effectué de nombreuses études dans le domaine de la thermodynamique, des turbomachines et de l’énergie. Il a été professeur honoraire de 1988 à son décès à Lausanne, le 26 septembre 2007.
Il est président de l'APAG (Appel de Genève) en 1989.

Société d'étude de l'environnement (SEDE SA)

  • Collectivité
  • 1971 - 2023

Société d'étude de l'environnement (SEDE SA) est une société de "recherche et application des moyens propres à combattre les atteintes à l'environnement". Elle est fondée en 1971 par, notamment, Pierre Lehmann, qui sera plus tard membre de l'APAG.

Democrazia Proletaria

  • Collectivité
  • 1975 - 1991

Démocratie prolétarienne (en italien : Democrazia Proletaria, abrégé en DP ; parfois traduit en français en Démocratie prolétaire) est une formation politique italienne de la gauche radicale. En 1987, le leader de l'aile « écolo-pacifiste » du parti, Mario Capanna, est remplacé à la tête de DP par l'un des principaux chefs de l'aile « ouvriériste », Giovanni Russo Spena. La tendance de Capanna, qui souhaite privilégier la création d'un « pôle rouge-vert », scissionne en 1989 et crée une nouvelle formation écologiste, Verdi Arcobaleno, qui rejoint ensuite la Fédération des Verts. Démocratie prolétarienne s'autodissout en 1991 pour former le Parti de la refondation communiste. En 1989 Democrazia Proletaria fait partie du Comité Européen Contre la Surgénération et le Retraitement (CECSR) fondé à l'initiative de Contratom.

Résultats 1 à 10 sur 2089