Affichage de 45 résultats

Notice d'autorité
Collectivité

ContrAtom - association antinucléaire genevoise

  • Collectivité
  • 1985 - toujours active

ContrAtom est une association, reconnue d’utilité publique, fondée à la fin de 1985 pour s’opposer à la foire du nucléaire (ENC’86) qui se tenait à Palexpo (Genève) en juin 1986. 3000 personnes manifestèrent contre cette foire et celle de 1990 (ENC’90) fut précipitamment déplacée à Lyon…

Le premier numéro du notre journal date de mars 1988. Il n’a cessé de paraître depuis avec une périodicité de quatre numéros par an.

L'association s'est engagée dans la campagne en faveur de l’initiative cantonale « l’énergie notre affaire » (Art. 160C, devenu 160E) en décembre 1986. Elle a cherchà à obtenir la fermeture du surgénérateur de Crey-Malville (France), notamment au sein du groupe «Européens contre Superphenix» qu'elle a fondé.

Women living under muslim laws

  • Collectivité
  • 1986-*

Women Living Under Muslim Laws - Femmes sous lois musulmanes est un réseau international de solidarité et d'information qui a débuté en 1984 sous la forme d'un Comité d'Action des Femmes sous lois musulmanes. La mise sur pied de ce comité par neuf femmes de pays musulmans ou communautés musulmanes était une réponse à une conjonction de cas, rendus publics et nécessitant une action urgente, où des femmes étaient privées de certains droits au nom de lois dites musulmanes. Ce comité est à l'origine du réseau actuel qui a été créé en 1986.

Action populaire aux Grottes

  • Collectivité
  • 1980

L'association Action populaire aux Grottes (APAG) est une association d'habitants qui a lutté contre des projets de destruction et reconstruction dans le quartier genevois des Grottes (situé sur la rive droite, derrière la gare).

Réseau international d'alternative à la psychiatrie

  • Collectivité
  • 1975 - ?

Le Réseau international d'alternative à la psychiatrie (ou Réseau international alternative à la psychiatrie) est né à Bruxelles en janvier 1975. Le secrétariat international se trouvait à Bruxelles et il y avait des secrétariats nationaux dans divers pays européens ainsi qu'aux États-Unis, au Canada et au Mexique. Des rencontres de ce Réseau ont eu lieu à Venise en octobre 1975, à Paris en mars 1976, à Trieste en 1977, à Genève en avril 1978.

Groupe pour une Suisse sans armée (GSSA), Secrétariat romand

  • 1002
  • Collectivité
  • 1982-*

1982 Fondation du GSsA. Le 12 septembre 1982, 120 personnes fondent le Groupe pour une Suisse sans Armée au restaurant « Kreuz » à Soleure, dans le but de lancer une initiative populaire pour abolir l’armée suisse.

1986 Première initative pour l’abolition de l’armée. L’initiative «Pour une Suisse sans armée et une politique globale de paix» est lancée le 21 mars 1985. L’initiative est validée avec 111’300 signatures valables.

1989 Fin de l’armée via les urnes?

En 1988, le Conseil fédéral publie son message sur l’initiative: «La Suisse n’a pas d’armée, elle est une armée», dit-il dans son introduction. La classe politique est quasi-unanime pour rejeter l’initiative. Un peu plus de 35% des votants acceptent l'initiative. La participation est très élevée.

1990 Appel au refus de servir par le GSsA

En 1990, le GSsA lance un appel au refus collectif de servir, suite aux révélations sur l’armée secrète P26 et le service de renseignement clandestin P27. Les objecteurs de conscience devaient affronter les tribunaux en se réclamant d’un mouvement, afin d’obtenir l’introduction d’un service civil. Les tribunaux jugent néanmoins les objecteurs au cas par cas.

En 1992, le parlement décide de l’achat de 34 avions de combat F/A-18. Le GSsA lance une initiative pour une Suisse sans nouveaux avions de combat. En un mois, 503’519 signatures sont récoltées. Au mois de mai, suite à une initiative parlementaire, le principe d’un service civil est largement plébiscité par le peuple. La loi n’entrera en vigueur qu’en 1996, suite à d’âpres discussions parlementaires.

En 1994 a lieu une votation sur la création d’un corps suisses de Casques bleus pour les opérations de maintien de la paix de l’ONU, alors que la Suisse n’en faisait pas partie à l’époque. Le débat est intense au GSsA entre partisans des soldats de la paix et opposants au système onusien aux mains des principales puissances du globe. Finalement, le mot d’ordre du vote blanc est acquis au niveau national et les groupes romands font une campagne pour le non. Au final, le peuple dira non. A cette époque aussi, le GSsA soutient activement dans toutes les régions de l’ex-Yougoslavie les mouvements locaux qui s’opposent à la guerre et qui cherchent à trouver des solutions pacifiques aux conflits qui minent ces pays. Avec le Service Civil International, le GSsA lance un projet de reconstruction de la ville divisée de Pakrac.

En 1996, le GSsA prend l’option du lancement de deux nouvelles initiatives. Le groupe de Genève lance aussi une initiative «Genève, République de paix», pour concrétiser l’image antimilitariste et pacifiste du canton avec des mesures d’éducation à la paix, le soutien à des efforts internationaux pour la paix etc.

La deuxième initiative pour l’abolition de de l'armée et l’initiative pour un service civil en faveur de la paix sont refusées.

Un historique succinct du GSSA par lui-même

Notice de Bernard Degen pour le Dictionnaire Historique Suisse

Librairie Que faire?

  • 1003
  • Collectivité
  • 1974-1995

En 1974, une vingtaine de personnes constituent une coopérative (Société coopérative d'information sur les mouvements de libération) dans le but de diffuser des imprimés au sujet des mouvements de libération. Le projet comprend une librairie, une bibliothèque, une imprimerie, un café et une maison d'édition. Le salariat est présenté comme une nécessité pour la pérennité du projet.

Le démarrage du projet repose sur un seul des membres fondateurs, les autres étant occupés à d'autres tâches. Il s'avère rapidement que la gestion courante n'est pas assurée correctement et, à l'été 1975, la coopérative est proche de la liquidation.

En juillet 1975, un document énonce les conditions d'une reprise de l'activité sous forme associative et sur la base du bénévolat. C'est sur ces bases qu'existera la Librairie Que faire? jusqu'à sa dissolution en 1995. Ce document critique aussi la manque de lien des activités de la coopérative avec les luttes locales. Le projet de reprise souligne l'importance d'articuler les luttes des mouvements de libération avec les luttes locales. Les personnes qui s'engagent dans ce projet de librairie dès l'été 1975 sont, en bonne partie, celles qui quitteront l'Organisation de lutte pour le communisme (OLC) l'année suivante.

La librairie disposera d'un local à la Place des Grottes (1201 Genève). Elle publiera une vingtaine d'ouvrages, parmi lesquels les premiers livres du collectif Interfoto.

Dès 1992, les membres de l'association font le constat d'un certain isolement et de la difficulté à mobiliser des bénévoles. Un questionnaire est envoyé assez largement, mais cette démarche, non plus que d'autres allant dans le même sens, n'apporte aucune perspective nouvelle. En 1995, la décision est prise de dissoudre l'association.

Les livres propriété de la librairie sont donnés en soutien à la création d'un centre culturel avec bibliothèque à Ouagadougou. L'argent restant est versé au quotidien Le Courrier. Les livres édités par Que faire? seront diffusé par les éditions d'En bas.

Association des employés de la télévision suisse - Section romande

  • 1001
  • Collectivité
  • 1955-1971

En 1955, le personnel de la Télévision refuse l'offre de la VPOD de les représenter. En mars 1957, l'Association des employés de la télévision suisse est fondée. Son responsable est J. Amman. Au même moment, est mis sur pied un Groupement des professionnels de la télévision. En 1961, est constituée la Section romande de l'AETS présidée par Georges Mani (4 ans), puis Jacques Stern (4 ans).
Dès 1962, parution du Bulletin interne de l'AETS romande (réd. resp. Georges Kleinmann, puis Raymond Zumstegg). Un secrétaire central est engagé, il s'agit de Jacques Vittori. Le 8 juin 1962, un premier contrat collectif de travail est obtenu. L'AETS refuse cependant le règlement du personnel proposé par la SSR. 31 mai 1968, signature de la deuxième convention collective entre la SSR d'une part et la FERS et l'AETS d'autre part.
En 1969, les preneurs de son et les monteurs se rendent à Berne pour obtenir des augmentations de salaires. L'action est un succès. Pierre Nicole devient le président de la section romande de l'AETS. 1970: nouveaux statuts qui incluent neuf groupes professionnels regroupant 52 métiers.
Trois juin 1971, dissolution de la section romande de l'AETS.
En 1972, l'AETS devient le Syndicat suisse de la télévision (SST), puis, en 1974, le Syndicat suisse des mass-médias (SSM).
Source: chronologie établie par Paul Rosay et reproduite dans 081_AO_S01, sans indication de la source originale.

Association des usagers des bains des Pâquis

  • 12345
  • Collectivité
  • 1988-*

L’Association des usagers des bains des Pâquis a été fondée en février 1987. La Ville de Genève projetait alors de démolir et reconstruire les bains des Pâquis sur la rive droite de la rade de Genève. Ces bains publics, en béton armé, datent de 1931-1932 date à laquelle l’infrastructure des bains déjà existant a été augmentée avec l’ajout d’une buvette, de cabines supplémentaires, etc.

En 1987, la Ville de Genève, propriétaire des bâtiment, affirme que les bains risquent de s’effondrer, d’où la nécessité de les démolir et de reconstruire à neuf. L’AUBP souhaite empêcher la démolition. Elle dépose dans ce but une pétition qui demande :

  • le maintien de l’accès à la plage pendant les travaux ;
  • le maintien du prix d’entrée à 1.- après les travaux ;
  • le maintien de la polyvalence des bains (espaces mixtes et non-mixtes).

Les autorités municipales ne donnent pas suite à ces revendications et votent, le premier décembre 1987, le crédit de démolition reconstruction. L’AUBP lance alors un référendum municipal, déposé le 8 janvier 1988 avec plus de 9’000 signatures. Dans le cadre de la campagne, elle fait contre-expertiser l’état de l’infrastructure et établir un devis de restauration par une entreprise spécialisée (série 1).

Le 25 septembre 1988, le corps électoral de la Ville de Genève donne raison à l’AUBP par 71,11 % des voix. Le projet de démolition est refusé. Les autorités de la Ville de Genève mettent alors au défi l’AUBP de présenter un projet de rénovation pour une somme inférieure aux 9 millions du projet municipal. La condition est posée que l’AUBP devienne gérante des bains. Deux membres obtiennent la gérance de la buvette pour 1989 et 1990. En mars 1990, le Conseil administratif (exécutif municipal) propose au législatif le projet de gestion établi par l’AUBP. Le 15 juin 1990, le législatif confie la gestion des bains à l’Association.

Sur proposition de l’AUBP, la Ville mandate, dès 1989, un collectif d’architectes composés de Marcellin Barthassat, C. Butty, Gabriele Curonici, Jacques Menoud et Jean-Pierre Cêtre pour élaborer un projet de rénovation sans démolition. Les travaux s’étalent sur trois périodes de huit mois, à la saison morte (mi-septembre à mi-mai).

Une fois les bains rénovés, l’association s’occupe à la fois de la gestion du site et de l’animation de celui-ci. Une quantité considérables d’animations culturelles et de loisirs est organisée chaque année. L’AUBP aménage par la suite un sauna et des bains turcs.

Armand Brulhart, Les bains des Pâquis, Slatkine, Genève, 2002. Dépliants de présentation des Bains des Pâquis, diverses dates, Série 1.

Interfoto

  • 6000
  • Collectivité
  • 1976-*

L'agence Interfoto a été créée en 1976 par un groupe de photographes non-professionnels.

Proches des syndicats et organisations de gauche, leur premier objectif était de fournir à ces groupes un matériel photographique pour leur tracts, journaux, livres et expositions en photographiant les événements alors peu couverts par les agences commerciales : manifestations, occupations, luttes syndicales ou de quartier. Parallèlement Interfoto s'est de plus en plus intéressée à différents aspects de la vie quotidienne : vie au travail, habitat urbain, transports en commun…et a progressivement créé elle-même des publications et des expositions sur ces thèmes.

Les photographes d'Interfoto ont choisi de ne pas privilégier la photo d'auteur, mais au contraire la création collective : c'est en équipe qu'ils déterminent les reportages à effectuer, qu'ils décident des photos à distribuer, qu'ils se répartissent les tâches sans hiérarchie ou spécialisation. C'est selon les disponibilités de chacun qu'ils effectuent les prises de vue, le travail en laboratoire, l'archivage et l'administration, la construction des expositions et des livres.

Ce travail collectif et une grande autonomie financière (aucun photographe n'est rétribué pour son travail) sont les deux moyens que se donne Interfoto pour garder sa liberté, celle de donner à lire sa vision des réalités sociales dans les images de la vie quotidienne.

Actuellement l'agence se compose de six membres : Andrea Baccini, Franco Cavadini, Véronique Jeanneret, Cornelia Kerkhoff, Jacques Saugy, Riccardo Willig.

(Extrait du site Internet de l'agence)

Résultats 1 à 10 sur 45